Deux mois sans marquer : Amoura peine à retrouver son explosivité

0
52
Un club anglais prépare une offre pour Amoura

Par Malik A.

Qu’arrive-t-il à Mohamed Amine Amoura, 47 jours avant la confrontation face à la Guinée pour le compte de la 3e journée des éliminatoires de la coupe du monde 2026.

« Super Sonic » peine à retrouver le meilleur de son niveau depuis quelques semaines. D’ailleurs, son déclin de performance s’est répercuté négativement sur les résultats de son équipe, l’Union Saint-Gilloise, qui était pourtant proche de remporter le championnat belge. Cependant, depuis le début des play-offs, l’équipe n’arrive pas à gagner et cela lui a valu sa place de leader qu’elle occupait depuis le début de la saison. Après trois journées, la formation où évolue l’international algérien a enchaîné trois défaites. Amoura ne retrouve plus le chemin des filets. Après son retour de la CAN en Côte d’Ivoire, l’international algérien a enchaîné en inscrivant quatre buts face à RWD Anderlecht, Molenbeek, Genk et Courtrai, mais depuis, il rencontre des difficultés en club. Le début de l’année 2024 n’est pas reluisant pour lui. L’enfant de Jijel n’a plus marqué en championnat belge depuis la mi-février, soit deux longs mois pour un attaquant. C’était le 18 février face à Courtrai et la victoire 3-1. Pourtant, il faisait parler la poudre lors de la phase aller, empilant les buts et les passes décisives pour contribuer à placer son club, l’Union Saint-Gilloise, tout en haut de la pyramide du championnat belge. Or, aussi bien en compétition nationale dans sa saison régulière qu’en play-offs, l’ancien Sétifien semble avoir perdu ses repères. Laissé sur le banc pour le premier match face à Genk, l’attaquant de proche a, ensuite, enchaîné deux prestations peu convaincantes face au Cercle Brugge puis au RSC Anderlecht sans jamais parvenir à trouver la faille. Son entraîneur l’a d’ailleurs rappelé sur le banc lors de ces deux affiches aux alentours de la 80e minute. Sans surprise, cette panne de Amoura pénalise grandement son équipe de l’USG qui compte, pour l’heure, trois défaites en autant de rencontres, soit le pire départ possible dans ces play-offs qui réunissent les six meilleures équipes au terme de la phase régulière. Il reste cependant à Amoura encore sept journées pour rattraper le temps perdu et tenter de conduire son équipe, au terme des dix journées qui prendront fin le 26 mai, au tant convoité titre de champion que l’USG attend depuis 1935 ! L’attaquant des Verts a perdu de son explosivité et la blessure au visage lors du match face à la Bolivie n’est pas étrangère à son déclin.

M.A.