La ba note une croissance au cours des 3 premiers trimestres de 2023 : L’industrie et le BTPH en locomotive

0
126

PAR NABIL M.

Le PIB de l’Algérie a enregistré une progression au premier trimestre 2023, avec une croissance significative de 4% attribuée en grande partie au dynamisme que connaît l’économie du pays, notamment dans certains secteurs. C’est ce qui ressort de la récente note de conjoncture de la banque d’Algérie (BA), publiée sur son site internet et qui trace, avec chiffres à l’appui, les performances économiques des secteurs qui ont enregistré une évolution palpable dans leurs activités au cours des neuf premiers mois de 2023.

Ainsi, la note de la banque d’Algérie démontre une progression de l’activité économique de 3% au premier trimestre de 2023, qui est tirée, en dehors de l’activité des hydrocarbures, par la croissance des secteurs de l’industrie et du bâtiment, travaux publics et hydrauliques (BTPH).

Forte progression de l’industrie

D’après la banque d’Algérie, le secteur ayant enregistré la plus forte progression en termes d’activité économique au premier trimestre 2023 est celui de l’industrie, avec une croissance de 6,1% contre 4,2% une année auparavant. Cette progression est due, selon le document de la BA, aux très bons résultats enregistrés par des sous-secteurs qui activent
dans les domaines des transformations de bois, papier et liège, avec une croissance de 22,9%, ainsi que l’industrie diverse qui, elle, a progressé à hauteur de 21,2%, et enfin l’industrie du cuir et chaussure, avec une croissance de 8,7%.

Selon les chiffres de l’agence nationale pour la promotion de l’investissement, plus de 4000
projets ont été enregistrés depuis 2022, dont la moitié se concentre dans l’industrie, marquant l’ambition des pouvoirs publics de réaliser des taux de croissance des volumes de production inégalés dans le secteur industriel. A ce titre, le gouvernement table sur une croissance de 7,5% pour l’exercice de l’année en cours et avec des projections optimistes de 9% en 2025 et 9,3% en 2026, tirées par des perspectives de concrétisation de nombreux projets d’investissement, tant publics que privés, dans des secteurs tels que l’industrie agroalimentaire, la sidérurgie et l’automobile.

Un BTPH en pleine croissance

Le deuxième secteur qui a contribué pour sa part dans la croissance des chiffres du développement économique, au cours de la période de comparaison de la banque d’Algérie, est celui du bâtiment, travaux publics et hydrauliques (BTPH), avec une progression de son activité de 4,7% en volume contre une croissance de 3% au premier trimestre 2022. Cette dynamique est portée par une stratégie de l’Etat qui a fixé au secteur de la construction plusieurs objectifs dont notamment l’intensification de la production de logements par une mobilisation et une orientation efficace des ressources financières, ainsi que la finalisation des programmes en cours de réalisation, sans oublier l’engagement d’un nouveau programme d’un million de logements pour la période 2020-2024, tous segments confondus.

Il est ainsi prévu, dans ce cadre, la livraison à l’horizon 2024 de 1,5 million de logements, avec en parallèle l’éradication des sur l’ensemble du territoire national, ainsi que la résorption du déficit du programme Aadl 2 et le lancement d’un nouveau programme Aadl 3. Il est aussi prévu le traitement de la problématique du vieux bâti ainsi que la poursuite de création de 120.000 lots sociaux pour prendre en charge les demandes de logement dans les wilayas du sud et des hauts plateaux. Dans ce même contexte, il est à noter l’importance accordée par l’Etat aux contraintes rencontrées pour la concrétisation du programme de logement. Il est à rappeler à ce propos les directives données par le chef de l’Etat en vue de finaliser, dans les meilleurs délais, les programmes de logement en cours de réalisation, notamment ceux des logements aidés, mais aussi social et l’habitat rural.

Il est à rappeler dans ce sens que le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville avait donné des instructions au cours de l’année dernière aux services du secteur, pour le lancement de la réalisation de tous les projets d’habitat non lancés et la relance de tous les chantiers à l’arrêt avant le 30 juin 2023. Un indice qui a, sans aucun doute, rafraîchi le secteur et marqué sa croissance.

N. M.