La chambre africaine de l’énergie l’affirme «L’Algérie conduira la branche forage et exploration dans le continent»

0
1994
La chambre africaine de l’énergie l’affirme L’Algérie conduira la branche forage et exploration dans le continent

Le secteur de l’énergie a enregistré une effervescence, durant l’exercice en cours, jamais égalée depuis plus de deux décennies, en raison de la hausse des découvertes de nouveaux gisements gaziers et pétroliers dans le sud du pays.

Ce résultat réalisé par la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach intervient après la relance des opérations d’exploration et de forage dans des zones nouvellement découvertes.

En effet, la compagnie nationale des hydrocarbures a mis le paquet pour le développement de cette activité durant l’année prochaine, et ce, après les directives du président de la République, instruisant les responsables du secteur à intensifier les opérations d’exploration pour permettre à l’Algérie non seulement d’honorer ses engagements, mais de doubler ses exportations en gaz.

Ces efforts que l’Algérie continue à consentir en matière d’exploration et de forage de nouveaux puits ont attiré les regards des experts de la chambre africaine de l’énergie qui juge que l’Algérie conduira cette nouvelle dynamique africaine durant l’année prochaine en matière de recherche de nouveaux gisements.

Cette prévision est appuyée sur l’enveloppe financière consacrée par la compagnie nationale des hydrocarbures à la branche «recherche et exploration» et son poids dans le budget quinquennal du groupe public.

Selon le site spécialisé, Energy capital Power, l’activité du «forage» connaîtra une amélioration importante durant le prochain exercice. L’argument avancé est le suivant : l’Algérie a paraphé ces derniers temps d’importants contrats d’investissement dans l’amont gazier et pétrolier avec les géants ENI, Oxy, Total Energie et la création d’une société algéro-turque dédiée à l’activité de l’exploration.

Le président a exigé la hausse de la production

Pour rappel, outre les grandes découvertes de nouveaux gisements gaziers et pétroliers dans le sud du pays durant l’année en cours dont les plus importants sont dans le bassin de Berkine nord, Béchar et Illizi, notamment avec le développement du champ gazier d’In Amenas.

L’Algérie vise à travers cette nouvelle politique énergétique à doubler sa production nationale pour conquérir de nouveaux marchés énergétiques, gazier en particulier, en tablant sur une exportation de 100 milliards m3 dès 2023.

«J’ai donné des instructions pour augmenter la production nationale afin de permettre à l’Algérie d’honorer ses contrats d’approvisionnements», affirmait le président Tebboune lors de sa dernière sortie médiatique fin de la semaine dernière.

Ce qui explique une partie cette nouvelle dynamique qui caractérise la branche exploration et forage.

Pour rappel, l’Algérie est classée en tête de la zone arabe des pays producteurs du gaz et du pétrolier en matière du nombre de découvertes pour l’année en cours et veut continuer sur cette lancée pour préserver sa place durant l’année prochaine.

Abdellah B.