Le MAE du Nigeria: Le projet du gazoduc transsaharien réalise un « progrès significatif »

0
7525
Gazoducs transsaharien
Le ministre nigérian des Affaires étrangères, Yusuf Tuggar a affirmé, lundi à Oran, que le projet du Gazoduc transsaharien (TSGP) reliant le Nigeria et l’Algérie, en passant par le Niger, réalise des « progrès significatifs et notables ».

S’exprimant, en marge du 10e séminaire de haut niveau sur la sécurité et la paix en Afrique, clôturé lundi, M. Tuggar a souligné que l’Algérie et le Nigeria sont considérés parmi les plus importants pays producteurs de gaz, ajoutant que l’Europe a besoin de cette énergie, ce qui constituait une « opportunité » pour l’Algérie, le Nigeria et le Niger.

Le projet du TSGP relie les trois pays sur une longueur de 4.128 km, dont 1.037 km en territoire nigérian, 841 km au Niger et 2.310 km en Algérie, en raccordant les champs gaziers du Nigeria au réseau algérien pour acheminer la production gazière nigériane notamment sur les marchés européens.

Ce projet bénéficiera des opportunités offertes par l’Algérie en matière d’infrastructures, notamment le réseau de transports, les complexes de gaz naturel liquéfié (GNL) et les infrastructures de pétrochimie ainsi que la position géographique proche des marchés de gaz.

En février 2022, l’Algérie, le Niger et le Nigeria ont affirmé leur engagement à concrétiser ce projet stratégique, lors d’une réunion à Niamey regroupant les ministres chargés du secteur de l’énergie dans les trois pays.

A l’issue de ladite réunion, une feuille de route a été mise en place puis un mémorandum d’entente a été signé à Alger en juillet 2022 portant sur la concrétisation du projet du Gazoduc transsaharien (TSGP).

Les trois pays ont affiché, à l’occasion, leur détermination à relancer les études et les différents programmes tracés dans ce cadre.