Le Wall street journal l’annonce : 2 géants américains négocient leur entrée en Algérie

0
2683

PAR ABDELLAH B.

De grands groupes énergétiques américains préparent leur entrée sur le marché algérien. Après Chevron, qui a déjà signé un protocole d’accord avec Sonatrach, c’est au tour du major américain Exxon Mobil d’engager des pourparlers avec le géant algérien Sonatrach pour d’éventuels projets d’investissement dans l’amont gazier.

L’information a été révélée par le Wall Street journal qui évoque des « négociations avancées ».

En effet, l’Algérie, avec ces fortes potentialités naturelles et un climat des affaires en faveur de l’investissement étranger, compte porter à la hausse sa production gazière pour répondre à la demande galopante sur le plan interne et externe.

D’après les déclarations du ministre de l’énergie Mohamed Arkab, rapportées par le journal américain, l’Algérie vise une exploitation de l’ordre de « 53% de son potentiel gazier dans l’avenir ». Selon la même source, Sonatrach discute « des termes d’accords avec Exxon et
Chevron qui incluraient à la fois l’exploration de réserves de gaz conventionnel et non conventionnel ».

En effet, le choix des grands groupes américains de s’introduire sur le marché algérien en ce moment précis n’est pas inopportun. Ces derniers savent très bien l’importance de
l’opportunité qui leur est présentée sur le marché algérien.

La situation stratégique proche du marché européen, conjuguée à des capacités naturelles énormes, font de l’Algérie la destination la plus convoitée des géants gaziers durant cette période de tarissement de l’offre sur le marché international.

Le pays est considéré comme une porte d’entrée sur l’un des plus importants marchés, qui affiche aujourd’hui un besoin croissant, suite à la décision de l’union européenne de se passer du gaz russe.

De ce fait, les géants américains veulent saisir cette occasion qui se présente notamment avec l’ouverture du marché énergétique algérien sur l’investissement étranger. En d’autres termes, les Américains veulent marquer leur retour en Méditerranée à travers l’investissement dans l’amont gazier en Algérie, après avoir subi d’énormes pertes suite à leur décision de se retirer de la Méditerranée pour concentrer leurs efforts dans la production du gaz non conventionnel aux USA.

Dans ce sens, si Exxon Mobil est encore en phase de pourparlers avec Sonatrach, son compatriote Chevron a déjà réalisé des avancés en la matière, et ce, avec la signature d’un protocole d’accord avec Sonatrach portant sur la réalisation d’une cartographie précise
des sites gaziers concernés par les opérations d’exploration et d’exploitation, du moment où l’Algérie s’est lancée dans la phase de renouvellement de ses ressources gazières. Les deux parties, Sonatrach et Chevron, ont annoncé la signature d’un accord de coopération prochainement.

L’Algérie s’est fixé l’objectif de doubler ses exportations du gaz durant les années à venir avec la mise sur le marché d’un volume de 100 milliards m3 par an. Pour cela, Sonatrach s’est lancée dans des programmes de partenariat avec des géants étrangers européens en particulier, notamment l’Italien ENI qui a raflé d’importantes parts du marché gazier algérien.

A. B.