Mines : la baryte intéresse les investisseurs

0
4562

PAR ZINE HADDADI

L’exploitation de la baryte attire les investisseurs. « Nous avons eu beaucoup d’offres pour les sites dans la wilaya de Tindouf, mais aussi dans la wilaya de Beni Abbès pour l’exploitation de la baryte », a indiqué Mourad Hanifi, président de l’agence nationale des activités minières (Anam) en marge d’une séance publique d’ouverture des plis, tenue hier au siège du ministère de l’énergie et des mines, cité par l’APS. L’Anam a reçu 62 offres financières dans le cadre de l’appel d’offres national et international pour la mise en adjudication de permis miniers. Les offres financières retenues, au nombre de 55, concernent 23 sites parmi les 31 proposés initialement, dans 11 wilayas, pour un montant global de 525 millions et 157 000 DA, alors que 7 offres (sur les 62) ont été rejetées, ajoute la même source.

Le président de la République avait instruit en juillet 2022 d’élargir la carte d’exploration de la baryte aux wilayas de l’extrême sud. Le dossier avance dans le bon sens, puisqu’un nombre considérable d’investisseurs ont montré leur intérêt pour l’exploration de ce minerai. L’agence nationale des activités minières a pour objectif, à travers le lancement des appels d’offres, de présenter des sites de matières susceptibles d’approvisionner
l’industrie nationale, a indiqué son président Mourad Hanifi. Ainsi, les gisements objets des adjudications, situés dans les wilayas de Tindouf et de Guelma, sont censés accompagner les projets miniers de Gara Djebilet et ceux du phosphate, a souligné le président de l’Anam.

Lors de la première phase de l’appel d’offre, le 11 décembre, l’Anam avait retenu 140 offres techniques sur 165 reçues. Cette 54e session concerne des sites miniers de baryte, de sable, de tuf et de calcaire, situés dans les wilayas de Béni Abbès, Tébessa, M’sila, ElMeghaïr, Oum El-Bouaghi, Tlemcen, Guelma, Ouargla, Illizi, Tindouf et Souk Ahras.

Alors que le monde connaît une raréfaction des minéraux, l’Algérie entend bien se doter de plus d’atouts en exploitant au mieux ses richesses naturelles. L’exploration de la baryte entre dans cette optique. « L’apport au PIB est faible par rapport aux autres pays, et aussi aux potentiels de l’Algérie, en termes de ressources minières », c’est le constat qu’avait fait le ministre de l’énergie et des mines Mohamed Arkab lors de sa participation aux travaux de la conférence nationale sur « la raréfaction des ressources minières et positionnement de l’Algérie : rôle du gisement de zinc et de plomb de Tala Hamza dans la wilaya de Béjaïa », tenue à l’université de Béjaïa en octobre dernier.

Z. H.