Plateaux d’œufs à 380 DA, 12 DA l’unité : Les raisons de la chute des prix

0
3762

La dernière flambée du prix des œufs a été enregistrée lors du mois de janvier passé atteignant un record, puisque le prix de l’unité est passé à cette période-là de 22 à 25 DA alors que le plateau était vendu entre 600 et 650 DA.

PAR ADEL C.

FACE À CETTE SITUATION, plusieurs voix se sont manifestées pour réclamer l’organisation d’une campagne de boycott, c’est d’ailleurs ce qui a fini par avoir lieu, mais sans réel changement. Ces derniers jours, le prix des œufs a brusquement chuté, au grand bonheur des citoyens. Dans de nombreux marchés de la capitale, le prix du plateau a été proposé entre 360 et 380 DA, tandis que le prix d’un seul œuf est tombé à 12 DA, une première depuis de nombreuses années. Cette chute spectaculaire a poussé certains commerçants à lancer des promotions lors de ce mois sacré en proposant trois plateaux à 1000 DA. Pour connaître les raisons de cette baisse des prix, nous avons pris attache avec Ali Benchaiba, président de la fédération nationale des aviculteurs, qui a accepté de répondre à nos questions.

« Si le prix des œufs a baissé, c’est tout simplement parce qu’il y a un excèdent au niveau de la production grâce à la disponibilité des poules pondeuses. » Notre interlocuteur a enchaîné : « La chute des prix peut aussi s’expliquer par la fermeture des fastfoods, des pâtisseries, des cantines et des restaurants des résidences universitaires durant le ramadan et à cause des vacances. Il faut savoir aussi que lors de chaque ramadan, une diminution de la demande sur les œufs est enregistrée. Toutes ces données ont fait que l’offre soit plus élevée que la demande. »

«De tels prix n’ont pas été enregistrés depuis deux ans»

Voulant savoir à quand la dernière période où le plateau d’œufs a été vendu à 380 DA, Ali Benchaiba nous a dit : « Ça remonte au minimum à deux ans que les prix des œufs n’ont pas baissé d’une telle manière. Aujourd’hui, le prix du plateau ne dépasse pas 400 DA. Il a donc chuté de 40%, puisqu’en 2023 le prix du plateau a atteint 650 DA. Il y a quelques jours, le plateau d’œufs a été vendu à 380 DA, la dernière fois qu’il a été commercialisé à un tel prix remonte à deux ans. » M. Benchaiba a tenu à rassurer les citoyens en affirmant que les prix ne devront pas augmenter lors des prochaines semaines.

« Nous nous attendons à ce que les prix restent stables. Même s’il y’aura une hausse, il n’y aura pas une grande différence au niveau des prix par rapport au prix actuel des œufs. Peut-être qu’il y aura plus de demande, surtout lors de la dernière semaine du mois sacré où les gâteaux pour l’Aïd sont confectionnés, mais les prix devront chuter à nouveau. Dans tous les cas, ils seront à la portée des consommateurs », a-til notamment souligné. De quoi rassurer les citoyens.

«On ne reviendra pas aux prix de 2023»

Le président de la fédération nationale des aviculteurs nous a indiqué aussi que le prix des œufs ne devra plus atteindre les 600 DA le plateau cette année : « En 2024, les prix des œufs seront inférieurs à ceux de l’année passée. Nous ne devrons plus revivre le scénario de 2023. Lors des prochains mois, l’offre sera supérieure à la demande, vu toutes les quantités que nous pourrions produire. La production sera nettement supérieure à celle de l’année passée, donc les œufs seront disponibles sur le marché avec les quantités souhaitées. » Pour conclure, Ali Benchaiba nous a assuré que le prix des œufs n’est pas lié à celui de la viande blanche, donc la baisse des prix des œufs ne veut pas dire que le prix du poulet chutera à son tour : « Le prix des œufs n’a rien à avoir avec celui de la viande blanche, se sont deux créneaux différents. Le fait que le prix des œufs chute ne veut absolument pas dire que celui du poulet sera aussi revu à la baisse. Nous faisons tout notre possible pour bien alimenter le marché et injecter les quantités qu’il faut afin d’assurer la disponibilité de la volaille à un meilleur prix. Peut-être qu’après l’Aïd il y aura une baisse. »

A.C.