L'Algérie Aujourd'hui
A la Une Dernières infos

Ramadan : les garanties du gouvernement

/Le gouvernement a pris toutes les dispositions pour approvisionner le marché en denrées essentielles lors du mois sacré de ramadan, où explose la demande des Algériens en faisant grimper les prix.

Pour pallier à la cherté des produits, l’exécutif a mis le paquet en procédant à la mobilisation des moyens existants, mais aussi en consentant des programmes d’importation de 54 000 tonnes de viande et 100.000 tonnes de pomme de terre en sus de la mise en place de marchés de proximité.

Les denrées essentielles disponibles

Toutes les denrées de consommation essentielles seront largement disponibles, a rassuré Sami Kolli, le directeur général des activités commerciales au ministère du Commerce. Pour autant, le secteur du commerce a tenu une série de réunions de coordination afin d’identifier et faire un inventaire des denrées stratégiques essentielles à l’instar du lait et de ses dérivés, du blé, de la viande et d’autres produits, a-t-il signalé  en faisant état de la disponibilité en quantités suffisantes de ces matières. Lors de son passage à la radio nationale, le responsable, qui relève du département de Kamel Rezig, a salué la décision prise par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors du premier Conseil des ministres, d’interdire l’exportation des produits de large consommation que l’Algérie importe, à l’image du sucre, des pâtes et de l’huile, ainsi que de tout dérivé du blé. Le responsable du secteur du commerce a signalé, dans la foulée, la création de 909 marchés de proximité dans 602 communes du pays, et 367 daïras, en prévision du mois sacré, et a demandé aux élus d’accompagner les autorités dans leurs efforts dans ce domaine en ouvrant environ 1400 ou 1500 marchés de proximité pendant le mois de ramadan.

Du poulet à 240 dinars le kilogramme

Autre bonne nouvelle pour les ménages et consommateurs est venue du secteur de l’agriculture qui annonce que le prix du poulet chair a été fixé à 240 dinars le kilogramme. En effet, le ministre de l’Agriculture, Abdelhamid Henni, a présidé à la signature d’une  convention entre le Conseil interprofessionnel de la filière avicole et l’Office national de l’aliment du bétail (ONAB)», qui fixe le prix non seulement du poulet mais aussi, celui  du poussin qui avait été plafonné à 80 dinars dans le cadre du même accord. Ces décisions s’ajoutent aux 47.000 tonnes de « poulet » à viande blanche qui seront injectés sur les marchés nationaux pendant le mois de ramadan. Parallèlement, le ministre de l’Agriculture a confirmé que 150 points de vente de viandes blanches et rouges seront mis en place et fait état de l’accord pour la fourniture de 430 millions d’unités d’œufs par mois pour couvrir l’ensemble des besoins.

54.500 tonnes de viandes rouges injectées sur le marché 

Aussi, une quantité de 54.500 tonnes de viandes rouges sera injectée sur le marché à l’occasion du mois sacré du ramadan, a indiqué un responsable du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations. Cette quantité sera assurée grâce à « l’abattage prévu de 29.000 de têtes bovines, soit l’équivalent de 14.500 tonnes de viandes, et près de 1 million de têtes ovines, soit 30.000 tonnes de viandes rouges locales, alors que la quantité de 10.000 tonnes de viandes restante sera assurée par les wilayas du sud », a précisé le directeur de l’organisation des marchés et des activités commerciales au ministère, Ahmed Mokrani. Pour ce qui est des viandes blanches, M. Mokrani a souligné que le marché sera approvisionné en « grandes » quantités estimées à 47.000 tonnes, dont 10.000 tonnes assurée par l’Office national des aliments du bétail (ONAB) et 37.000 tonnes par les opérateurs privés, via un réseau soumis au contrôle sanitaire, composé de 154 abattoirs de volailles et 980 structures d’abattage agréées.

Importation de 100.000 tonnes de pomme de terre

Ces annonces interviennent au lendemain des mesures de déstockage de 15.000 tonnes de pommes de terre destinées à la consommation. L’opération qui est destinée à couvrir les besoins du marché et de contrôler les prix de cette matière actuellement sous tension, sera menée par l’Office national interprofessionnel des légumes et des viandes (Onilev) en coordination avec les commerçants impliqués dans le système «Syrpalac». Elle permettra d’acheminer les stocks de pomme de terre vers le consommateur au prix de 60 dinars le kilogramme. Cette opération intervient en appoint à un programme «exceptionnel» d’importation de 100.000 tonnes de pomme de terre par lots, dans le but de faire baisser les prix qui augmentent depuis des semaines, indique le ministère du Commerce qui a élaboré ce programme en coordination avec le ministère de l’Agriculture. Cela consiste en l’importation d’un premier lot estimé à 30.000 tonnes, qui sera suivi d’autres lots, portant la quantité totale à 100.000 tonnes, «au cas où les prix continueraient à augmenter», a révélé Ahmed Mokrani, le directeur de l’organisation des marchés et des activités commerciales au ministère du Commerce.

A. R.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus