Révision des retraites : Tebboune donne son aval

0
306
Revalorisation des retraites

Par Djilali B.

Hier, le président de la République a tranché la question de la révision des pensions de retraite. Cette révision, évoquée hier lors de la réunion du conseil des ministres, qui a reçu, par ailleurs, le quitus du président, n’a pas été détaillée. Les responsables concernés sont chargés, à ce propos, de déterminer les volumes, les proportions et les répartitions selon les catégories, étant donné que toutes les catégories sont concernées, est-il indiqué dans le communiqué du conseil des ministres.

«Concernant la revalorisation des pensions et allocations de retraite au titre de l’année 2024 pour les retraités du régime des salariés et des non-salariés, le président a, est-il souligné dans le même document, donné son aval pour la révision des allocations aux retraités, pour toutes les catégories en vue de relever leur niveau de vie», bien entendu est-il précisé de même source, «en tenant compte des capacités financières de l’Etat, car il faut maintenir la protection sociale pour cette catégorie qui a fourni beaucoup pour la nation».

Plus clairement, il est acquis qu’une revalorisation des pensions de retraite est actée par le chef de l’Etat, il reste cependant à déterminer les fourchettes catégorielles, de telle sorte, est-il souligné, à ne pas grever les finances de l’Etat.

C’est  dans ce sens d’ailleurs que le président de la République a ordonné au gouvernement, lors de ce même conseil des ministres, «de réétudier soigneusement la question en conseil de gouvernement et de lancer des études approfondies pour déterminer le niveau des augmentations, qui seront approuvées de manière progressive lors du prochain conseil des ministres». Plus simplifié ou en décodé, le président de la République a demandé une étude sur cette revalorisation en tenant compte à la fois de la demande légitime liée au pouvoir d’achat de la catégorie des retraités mais aussi de la santé financière du pays. En effet, est-il utile de rappeler, même si le principe d’une réévaluation des pensions de retraite est acquis, le président de la République s’était même engagé à augmenter les pensions de retraite dans une fourchette allant de 1% jusqu’à 5% par an, largement saluée par les partenaires sociaux.

Trouver de nouveaux moyens de financements pour la CNR

De fait, les responsables concernés par ce dossier au niveau des départements ministériels sont mis en demeure de trouver les formules pour, à la fois, satisfaire une doléance sociale légitime reconnue comme telle, y compris par le président de la République, et l’équilibre tout aussi indispensable et légitime des finances de l’Etat. De fait, les responsables de ce dossier sont désormais appelés à trouver les formules et les parades – logiquement dans leurs cordes – pour satisfaire cette demande sociale tout en veillant sur l’équilibre financier national.

C’est la raison pour laquelle le président de la République a demandé au «gouvernement de rechercher de nouvelles sources de financement supplémentaires pour le fonds national de retraite afin que ces augmentations soient en phase avec le développement de l’économie nationale».

D.B.