Zones d’activités économiques : L’État consacre 15.000 ha aux investisseurs

0
192
Octroi du foncier économique destiné à l'investissement : Le lancement du nouveau dispositif attendu pour fin mars

Par Nabil M.

Le ministre de l’intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Brahim Merad, a mis en avant, hier à l’APN, les efforts consacrés par son département ministériel pour l’aménagement des zones d’activités économiques et le développement local.

Considérant que le foncier économique est l’un des éléments de base sur lesquels repose le processus d’investissement pour accomplir la diversification de l’économie nationale, le ministre de l’intérieur a révélé devant la commission des affaires économiques, du développement, de l’industrie, du commerce et de la planification de l’assemblée populaire nationale, que le nombre de zones d’activités économiques recensées au niveau national dépasse les 650, couvrant une superficie totale de 15.000 ha. Ces assiettes foncières englobent des zones industrielles ainsi que celles consacrées à diverses activités économiques, telles que le commerce, le tourisme, etc.

Pour une meilleure gestion de ces zones, Merad a fait savoir que la mission de préparation de 44 zones industrielles a été transférée de l’agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (Aniref) aux walis. «Ce transfert a permis d’allouer une somme totale de 130,26 milliards de dinars, sur le budget de l’Etat, pour l’aménagement de ces zones», a expliqué le ministre, ce qui a permis, selon lui, de finaliser l’aménagement intérieur de deux zones industrielles, alors que 32 zones sont actuellement en cours d’aménagement et 19 autres zones industrielles connaissent un taux d’occupation dépassant 80%.

Toujours dans l’objectif de permettre une meilleure gestion du foncier économique, Merad a révélé la création d’un groupe ministériel conjoint au ministère des finances, chargé d’étudier les voies et moyens de financer les demandes de réévaluation des zones industrielles et leur interconnexion avec les différents réseaux. A ce propos, le ministre de l’intérieur a souligné que l’achèvement de l’aménagement et du raccordement des zones dans lesquelles les travaux d’aménagement sont sur le point d’être achevés permettra de mobiliser plus de 5000 ha de foncier industriel.

Réception de 134 zones de petite taille en 2024

Dans cette même politique de l’encouragement des initiatives d’investissement et d’un développement socioéconomique global, le ministre de l’intérieur a annoncé la réception de 134 zones d’activités de petite taille, vers la fin 2024, précisant que la réception de ces zones s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre du programme initial qui comprend 142 zones d’activités de petite taille, au niveau national, sur une superficie totale de 400 ha. «L’aménagement de ces zones a bénéficié d’une enveloppe financière de 15 milliards DA du fonds de garantie et de solidarité des collectivités locales (FGSCL)», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Merad a indiqué à la commission de l’APN qu’au titre de l’exercice 2024, pas moins de 100 milliards DA ont été dégagés par le FGSCL, dans le but d’inscrire les différents programmes de développement au niveau local. «Cette enveloppe a permis l’inscription de 5380 projets», a-t-il précisé. Il a affirmé, par la même occasion, que parmi les priorités du secteur figurait la réhabilitation de certaines régions isolées, qui connaissaient un grand déficit en matière de développement.

Il a été ainsi procédé à «la réalisation d’opérations de rattrapage visant à remédier à ces manques de développement, notamment au niveau des régions pauvres et fragiles, afin d’atteindre un équilibre dans le développement entre wilayas», note le ministre. Il a rappelé à ce propos que les grands efforts consentis par l’Etat pour la relance et le soutien au développement économique équitable et durable, parallèlement à la préservation des acquis sociaux, «s’appuient sur le travail participatif qui ouvre le champ de l’initiative à tous les acteurs».

Merad a en outre mis l’accent sur le renforcement de ces acquis à travers l’ensemble des régions du pays, par les programmes annuels de développement ou ceux supplémentaires, en soutien aux wilayas accusant un retard en matière de développement, outre les mesures qui permettent l’amélioration des conditions de vie des citoyens.

N.M.