Marché de l’occasion: Chute des prix des voitures, les revendeurs déboussolés

0
573
Automobile : le marché de l’occase en berne

C’est un véritable séisme dans le marché de l’automobile qu’a provoqué l’annonce de l’autorisation de l’importation de véhicules de moins de trois ans. En effet, il n’aura pas fallu plus pour faire baisser les prix des voitures, devenus exorbitants ces derniers temps si ce n’est l’arrivée du constructeur italien Fiat, désormais imminente, ainsi que la réouverture de l’usine Renault. De nouvelles données qui prédisent la relance d’une véritable industrie automobile en Algérie après près de trois ans de suspension, et cela pour le plus grand bonheur des citoyens désireux acquérir un véhicule à un prix raisonnable.

Cependant, cette annonce qui a fait l’effet d’une véritable bombe a chamboulé les plans des revendeurs de voitures qui ont anticipé la perte en tentant de casser les prix des véhicules d’occasion. Pour ceux ayant acquis des véhicules à un prix astronomique, ça été le choc ; ces derniers se sont précipité de revendre leur bien pour éviter une perte sèche une fois le marché inondé.

Que cela soit sur les différentes plateformes virtuelles dédiées à la vente, à l’instar du site Ouedkniss ou encore les réseaux sociaux, les annonces de vente de voitures d’occasion ont envahi la toile. Mais ce qui retient l’attention, c’est la baisse des prix des véhicules proposés, c’est le cas pour une Logan 2015 proposée à 180 millions alors que son prix dépassait les 200 millions il y a quelques jours. Idem pour les Kia Picanto dont les éventuels acheteurs n’hésitent plus à faire des offres à moins de 150 millions. C’est ce que nous explique Djalil, propriétaire d’une Picanto, qui a su décrocher le jackpot en revendant avant les annonces du gouvernement. «J’ai eu un besoin urgent d’argent et il y avait aussi ces rumeurs sur une éventuelle chute des prix des véhicules d’occasion, c’est pour ça que dès que j’ai eu une offre intéressante, j’ai décidé de me séparer de mon véhicule il y a une quinzaine de jours. Aujourd’hui en voyant ce qui se passe, je me dis que j’ai eu beaucoup de chance, car non seulement j’ai récupéré mon argent mais j’ai même pu faire un petit bénéfice», nous explique-t-il. Hélas, ils ne sont pas nombreux à avoir une aussi bonne étoile que notre interlocuteur, car de nombreux propriétaires de véhicules d’occasion peinent désormais à trouver acheteur. C’est le cas d’un propriétaire d’une Maruti que l’on voit sur une vidéo filmée au marché de véhicules de Jijel et qui s’est vu offrir 41 millions seulement. «Les prix ont vraiment baissé. Je suis là depuis 8h et sur les 10 éventuels acheteurs qui m’ont approché, seul un m’a proposé 41 millions et je trouve que le prix est très bas, car c’est un véhicule qui valait 55 millions il y a un mois», explique-t-il. Le vendeur au final a fait une offre de 44 millions mais qui n’a pas séduit le client, visiblement déterminé à se procurer le véhicule au prix le plus bas.

Aussi, on retrouve une autre catégorie de vendeurs de voitures d’occasion, ceux qui ont décidé de temporiser. En mode wait and see, certains détenant des véhicules acquis à des prix élevés refusent de se plier à la nouvelle donne et préfèrent attendre le bon acheteur. C’est le cas d’un revendeur d’une Mercedes année 2007 qui affirme dans une vidéo ne pas vendre son véhicule en dessous de 400 millions. Bien que le prix semble exagéré, le monsieur en question semblait bien confiant en soulignant qu’il faut faire confiance à la qualité allemande.

W. S.